Tervueren Malinois

Tervueren


Son histoire

Le nom de Tervuren vient d'un village de Belgique dans lequel il a été reconnu vers 1894.
Le premier tervueren était un mâle issu d'un mâle groenendael (noir), Willy de la Garde Noir et d'une chienne fauve à poil long, Miss, mais pas encore définie comme tervueren.

Pendant la guerre, il a été beaucoup utilisé par l'armée et son effectif a considérablement diminué. Il a presque failli disparaître, mais des passionnés de ce magnifique animal l'ont sauvé d'une disparition certaine.

Son caractère

Je tiens tout d'abord à préciser qu'il y a 2 lignées de bergers belges tervuerens :

- La lignée de travail

- La lignée de beauté

La lignée de travail, souvent issu de malinois (soit par croisement intervariété, soit par naissance d'un " malinois à poil long ", appelé également tervueren et sélectionné comme tel), est la lignée la plus stable et la plus sûre en caractère. En effet, ce que les éleveurs recherchent dans cette lignée-là, c'est justement la stabilité du caractère. Ils respectent le standard, bien sûr, mais tiennent tout particulièrement à avoir des chiens sûrs d'eux, peu nerveux, mais vifs et réactifs.

La lignée de beauté a été travaillée pour représentée l'idéal du standard, sans tenir compte réellement du caractère et pour répondre à une demande d'un chien moins sportif et moins vif et moins lourd. Malheureusement, lorsque l'on travaille sur le look, on modifie aussi le caractère (et vice-versa bien sûr). Et cela s'en ressent. La lignée de beauté est moins stable en caractère, plus propice à la crainte et à la nervosité excessive.

Il est peu recommandé, selon ma propre expérience, de mélanger les 2 lignées pour essayer de refaire du caractère dans la beauté et de la beauté dans le caractère. Cela ne marche pas…. Mais passons aux critères généraux du caractère du tervueren.

Le tervueren est un chien de berger. Il ne travaille malheureusement plus que très rarement sur les troupeaux, mais il est devenu un excellent chien de sport, de garde et de compagnie.

Il apprécie la présence de son maître et se montre parfois terriblement pot de colle, surtout le mâle. La femelle, plus douce, a une tendance assez prononcée au cocooning dès l'âge de 2 ans. Affectueux, il demande une attention quotidienne et ce qu'il préfère c'est vivre proche de sa famille.

Il s'entend en général bien avec les autres animaux de la maison, pour autant qu'il ait été bien socialisé jeune. Le tervueren est par nature méfiant envers les étrangers, surtout s'il a mal été socialisé. Courageux, il défendra son maître et sa famille si le besoin s'en fait sentir. Il est très important de choisir, de nos jours, un élevage où la socialisation, depuis les toutes premières heures de vie, est prioritaire.

Un tervueren mal socialisé, maltraité ou isolé deviendra incontrôlable, voir dangereux.


Ses aptitudes

C'est un chien au tempérament vif, parfois un peu nerveux, ce qui devrait tendre à disparaître si les éleveurs travaillaient dans le caractère uniquement. Il sera dès lors très à l'aise dans les sports qui demandent de l'énergie, tels que l'agility, la piste, le sanitaire.

Son entretien et sa santé

Son poil, long et rêche, avec un sous-poil fourni, nécessite un brossage hebdomadaire. Le tervueren n'a pas besoin d'être baigné, mais il aime se baigner.
Toutefois un bain une fois par année aide à la perte du sous-poil lors des mues et fait surtout plaisir au propriétaire.
C'est un chien résistant qui peut vivre sans problème dehors. Son principal problème de santé reste la dysplasie de la hanche; c'est pourquoi il faut toujours choisir un chiot dont les parents n'ont pas de dysplasie (HDA/A ou HDB/B).

Qui aura goûté au tervueren n'en changera sous aucun prétexte !

top

Malinois


C'est la variété à poil court du tervueren et la variété de berger belge la plus représentée et la plus connue en général.

Dans l'ensemble, à l'exception de la sensibilité un peu moins exacerbée que celle du tervueren, c'est le même chien.
Il est également plus réactif et plus prompt à travailler. On utilise cette hyper réactivité à l'extrême pour en faire des chiens qui mordent. C'est pourquoi on les retrouve beaucoup plus que le tervueren dans les compétitions de mordant, dans les troupes d'intervention militaires ou de la gendarmerie.

top